Affichage des articles postés le: 22/04/2014

22 Avr 2014 
Blackberry a publié une perte record de 5,9 milliards de dollars sur son dernier exercice fiscal, clos début mars, mais vise l'équilibre en 2015 et le retour aux profits en 2016. Les analystes sont sceptiques.

L'âge d'or du BlackBerry s'éloigne de plus en plus. Le groupe canadien est toujours dans le rouge sur son dernier exercice fiscal, avec une perte record de 5,9 milliards de dollars (contre une perte de 628 millions l'exercice précédent) et un chiffre d'affaires en chute de 38%, à 6,8 milliards.
Des résultats en berne malgré des suppressions de postes

Après avoir désespérément tenté de trouver un repreneur, le groupe avait tenté de limiter les pertes, en annonçant un plan de restructuration cet automne. étui silicone ipad air Avec 4.500 suppressions de postes, près de 40% de la force de travail a été évincée. Le groupe canadien a fait appel au taïwanais Foxconn, le sous-traitant d'Apple, pour produire les prochains smartphones.La restructuration et les plans d'économies ont pesé sur les comptes avec les charges à la fois pour dépréciation d'actifs, les boitiers de smartphones invendus (pratiquement un milliard de dollars pour le Z10) et les licenciements.
Le smartphone n'est plus au cœur du métier de BlackBerry

Désormais, le groupe se concentre sur les services aux entreprises - comme par exemple la gestion de terminaux qui gèrent plusieurs téléphones à la fois -, services qui représentent 56% des ventes, contre 37% pour les ''boîtiers'' des téléphones Blackberry, dont 3.4 millions d'exemplaires ont été vendus au cours du dernier trimestre. Moins de 10% des ventes concernent le logiciel.

Retour aux profits en 2016?

Le groupe vise néanmoins un retour l'équilibre d'ici la fin de son exercice fiscal 2015 et compte atteindre la rentabilité pour l'exercice 2016", selon son PDG John Chen. housse silicone ipad air Les analystes restent prudents voire sceptiques. Si le groupe "brûle moins sa trésorerie" que prévu, "nous restons inquiets sur les perspectives à long terme", a estimé Colin Gillin analyste chez BCG. Si BlackBerry arrive à couper ses coûts, en revanche "il n'enraye pas la baisse de ses recettes", a-t-il ajouté. La réduction de sa base clients est un réel sujet d'inquiétude pour Brian Modoff de la Deutsche Bank, jugeant qu'il n'y a "pas de signe qu'il a atteint le fond".
Admin · 35 vues · 0 commentaires